01

Que signifie "Thuillies" ?

Tout nom de lieu porte une signification qui le caractérise. Les plus anciens se sont formés sur plusieurs critères, la topographie locale et la mise en valeur par un individu particulier sont les principaux. Ils ont été formés par les divers peuples qui ont investi nos contrées et s’y sont succédé au fil du temps.

On distinguera les noms géographiques et les noms historiques. Ces derniers font souvent référence à un individu ayant marqué l’histoire locale.

C’est à cette catégorie que doit se rattacher le nom de Thuillies, qui peut aussi s’écrire TUILLIES, orthographe qui, comme on le verra, s’avérerait même préférable à la forme officialisée THUILLIES, et que Larousse donne comme variante admise.

La première citation de Thuillies date du IXème siècle; elle figure dans la "Description des Propriétés constituant la Douaire de l’Abbaye de Lobbes", document rédigé en l’an 866; le "village de Thuillies" y figure sous le nom de "villa Tiwiliacas", mais l’original ayant disparu, il ne nous est parvenu que grâce à une copie tardive. La transcription doit résulter d’une graphie *Tiuuiliacas qui doit vraisemblablement provenir par mélecture d’un original Tuwiliacas.

Les graphies postérieures nous aident à restituer la forme originelle du nom. Tiguillers, 1150, bulle d’Eugène III en faveur de l’abbaye de Lobbes [forme ayant subi l’influence de "villers" < lat. villaris; restituer *Tuguileis < *Tuguiliacas] (VOS, II, p. 450) Tuvuilleis, 1156, bulle papale d’Adrien IV, idem (VOS II, p. 458) [lire *Tuwilleis].

Tout comme le désignant français "tuile" dérive du latin "tegula", on découvre en ces graphies un radical TUG- qui nous conduit à un gentilice latin TUGUS. Cependant, le nom d’homme ici présent est un hypocoristique (diminutif familier) en -ilo, *TUGUILO (comparez : Emile > Milo). Tuguy existe comme prénom masculin (rare); c’est aussi un établissement au Paraguay (Chronologie historique de l’Amérique, vol. 3, 1828, p. 267). Il y a aussi un prénom breton qui se rapproche fort de Tuillies ; il s’agit de TUGDUAL, issu du breton tud (peuple) et du vieux breton uual (gwal) (valeur). Il fait référence à saint Tugdual de Tréguier, et est fêté le 30 novembre. Il a pour variantes masculines Tual, Tudal, Tudel, Tudual, Tudwal, Tugal, Tagada et Tuzal et féminines Tuala, Tualenn, Tudalaet Tudalenn.

Un ouvrage en roumain de Mihail Negru (Michael Black) s’intitule "Povestea lui TUGUILA amicul copiilor", illustratiuni de pictorul Pascal Radulescu, Cugetarea- Georgescu Delafras; 1942. – C’est une histoire pour enfants, Tuguila y est le nom d’une petite chienne!

(Claude HENNUY)

02

De quand date le nom ?

Ce nom appartient au grand groupe de suffixés en –iacas, désinence latine, accusatif pluriel de –acus, ayant formé des toponymes en –ies : Radiniacas, RagniesLandiniacas, Landelies, *Obeziacas, Obigies, *Arelgiacas, Hergies, Trasiniacas, Trazegnies, etc., mais aussi des noms en –ée : Battiniacas, Battegnée - Bermeriacas, *Beveriaca, Biesmerée – Bomariacas, Bomerée –*Berciacas, Biercée et Berzée - *Goldciacas, Gozée - *Rokiniacas, Rognée, etc., ou parfois en –y : Montiniacus, Montigny, *Daliacas, Dailly, etc.

Le radical de tous ces noms est, soit un nom commun, soit un anthroponyme; la distinction ne peut se faire qu’avec sagacité. Ainsi, on reconnaît en Biercée et Berzée des dérivés de berg, "montagne", Gozée vient de wald, "bois", Bomerée de balma, "creux" ; Montigny de "mons". Ces désignants appartiennent à des langues différentes : balma et bever sont celtiques, mons est latin, berg et wald sont germaniques. Un constat : le suffixe –acus a connu une vogue qui a duré très longtemps; déjà usité avant l’époque romaine, il fut utilisé jusqu’à l’époque franque.

Et notre Thuillies, alors ? Son radical n’appartient pas au vocabulaire topographique; c’est un anthroponyme qui ne peut que désigner un homme ayant marqué l’histoire locale, probablement un des premiers grands propriétaires terriens ayant développé son domaine sur nos terres, celui-là même que nous avons nommé TUGUILO, et si nous nous rapportons à l’histoire, ce doit être un colon ou fils du colon venu s’établir sur les terres délaissées par les Romains, après l’effondrement de leur empire, suite à l’émigration des FRANCS. C’est un héritier de l’invasion des Francs SALIENS à qui il fut donné un nom à consonance latine (les prénoms n’ont-ils pas toujours suivi la mode ?)

Celui-là peut-être dont on a retrouvé le tombeau et ceux de sa famille, à l’Entre-deux-Villes, vers 1840, lequel avait été inhumé avec armes et bijou (une bractéate en or malheureusement passée en des mains inconnues). Il fut inhumé dans un caveau fait de murets de pierres, avec un mobilier disparu lui aussi, malheureusement !

Trois tombes de même structure marquaient l’angle d’un vaste cimetière dont les humbles tombes, la plupart en pleine terre, furent saccagées par dizaines après 1860, pour l’exploitation des pierrailles qui constituaient le sol en un escarpement aride, sur la rive droite du ry de Baulet. C’était là – au Try Sigimont (nom éloquent) – que reposaient sans doute les premiers habitants de THUILLIES, ceux qui avaient vécu avant et au début de la christianisation de notre contrée. Les vagues souvenirs recueillis sur leur cimetière font état d’une utilisation ayant duré plusieurs siècles, probablement du 6e au 9e siècle, car beaucoup de tombes étaient dépourvues de mobilier et donnaient des preuves de réutilisation (il fut même évoqué un possible ossuaire de champ de bataille, tant les ossements de plusieurs corps étaient imbriqués les uns dans les autres, voire relégués pêle-mêle !)

En conclusion, je crois pouvoir affirmer que le nom primitif de Thuillies, désigne le domaine de TUGUILO, les "terrae" *Tuguiliacas. Il n’a pu se former avant le sixième siècle. C’est un nom germano-roman de première souche, dont l’évolution peut être établie comme suit : TUGUILIACAS > TUUILIACAS > TUILLIAS > TUILLIES > THUILLIES graphies : *Tuviliacas 866 *Tuuileis  

(Claude HENNUY)

Mobirise

03

Thuillies a-t-il des homonymes ?

A défaut d’homonyme, examinons ses rares paronymes relevés en France.

THUILLEY-aux-Groseilles, 54523 Meurthe-et-Moselle; Tuillacum en 965, semble synonyme de Thuillies; c’est le nom le plus proche en tout cas, mais sa forme ancienne Tusciacum, Tusiacum s’oppose formellement à cette hypothèse.

THEULEY 70120, Hte-Saône, Tulliaco 1175 : habitants : Theulerots; probable dérivé du nom d’homme latin Tullius, de même que THEULEY-les-Var. Dans ces deux cas, on est en présence de suffixes en *iacus, formés pour désigner un domaine, sur base du nom de son propriétaire. THUILIERS (Chemin des -), à 77400 Thorigny-sur-Marne (référence aux fabricants de tuiles de couverture). Cette profession a d’ailleurs fait l’objet d’une méprise populaire pour expliquer Thuillies, "pays des tuiles", mais il n’y a jamais eu de tuilerie à Thuillies, bien que ses argiles auraient pu s’y prêter !

THUILLIÈRES, 88472 Vosges ; ses habitants sont nommés Tégulariens, mais il se peut que cette dénomination soit d’origine purement savante. TUILIÉRES, dép. de Mouleydier, 24296 Dordogne (le lieu a donné son nom à un barrage). abbaye ; Hte-Saône, XVe siècle. ; id.

Thuillies semble donc unique, n’ayant que des paronymes de diverses origines; certains semblent devoir être rattachés au latin tegula, tuile, par la profession de tuilier, voire au latin populaire *tilius, *tiliolus, tilleul, qui est à l’origine de nombreux lieux-dits, et partant, de quelques noms de famille, comme les Tillie (voir ci-après).

Pour ce qui est de la forme wallonne, Tully, Tuyîye, on trouve TULLY 80130 (pas de forme ancienne connue), commune française du département de la Somme, en région Hauts-de-France, à l’écart des grands axes de circulation, ou TULLY-Veolan, village dans les Scottish Borders (ancien manoir écossais à Perthshire, au nord d’Edimbourg) ou encore. TULLY, petite ville du Queensland, en Australie, sur la « Bruce Highway » (Wikipédia)

(Claude HENNUY)

04

Et des anthroponymes ?

On trouve à Bouvignes (Namur) un certain Guillaume TUILICQ, époux de Catherine Pannebrugge, dont un fils prénommé Cornélis naquit le 4 janvier 1597.

THUWIL est aussi un nom de famille en Indonésie (ils sont présents sur. Facebook)

Il existe des familles THUILLIE, THUILLIÉ, THUYLIE, THUYLLIE, en France; elles dérivent, soit de la profession de "tuilier", soit de "tilleul" par son collectif Tillerie, qui n’a rien à voir avec une "tuilerie", fabrique de tuiles, mais qui désigne un lieu arboré de tilleuls (suffixe collectif *aria), l’habitant était désigné par le site de son habitat ou de son origine.

Les THUILLIER d’Île-de-France blasonnent "d’azur, au lion d’or et trois coqs de même en chef" (Armorial général de France, 1696).

La maison TULLY est maison suzeraine du Conflans. Défendant le Conflans contre les terres de l'Ouest, les Tully acquirent fortune et prestige, et les différents rois des Rivières et des Collines recherchèrent leur amitié. Ils profitèrent aussi de la querelle millénaire opposant les prestigieuses maisons Nerbosc et Bracken pour être reconnus comme comme la plus puissante maison du Conflans. – Réf. : www.lagardedenuit.com/wiki/index.php?title

THULY, THULLY est un nom de famille en France (Champagne-Ardenne, Marne), en Irlande, en Grande-Bretagne, zn Écosse, aux USA (Wikipédia)

Il existe aussi un prénom féminin TULLYE (USA, Georgie), v. Facebook.

TULLY est un film sorti en 2000.

Il semble toutefois que Thuillies ait généré un patronyme rarissime, cantonné à la région carolorégienne. Une épicerie de Charleroi appartenait à un certain Mr Thuillies, vers 1960. Monsieur Serge Thuillies, de Courcelles, est décédé à l’âge de 62 ans, le 8 avril 2019 (Presse).

(Claude HENNUY)



Mobirise

Traduction du parchemin...

Il y a, au village de Thuillies, un manse
seigneurial avec, en terres arables, 152 bonniers et 2  journaux

- en pré, 3 bonniers
- un bois y annexé, estimé pour 50 porcs
- deux moulins : de l'un sortent 60 muids de farine et 20 de brais; de l'autre, 15 muids de farine; chacun doit dix poules grasses
- une brasserie qui paie une livre d'argent
- autres manses : 24 manses ingénus payant chacun tous les  ans 18 muids d'épautre et un mouton de 3 ans, excepté 4 manses fournissant 40 fusées de lin.

Pour l'ost, la redevance entre tous est
de 10 sols, 2 poulets, 5 oeufs ; pour le bois, un
poulet.

- Il y a là 2 autres manses serviles, 
chacun paie un mouton antanaire, et 20 fusées de lin, ou il va pour le vin, ou il donne 12 deniers. Il y a là 8 colons; 4 d'entre eux donnent chacun 12 deniers
- 7 femmes, six d'entre elles paient chacune 2 deniers.

En tout, des 26 manses, on jouit là, en nourriture, de 4 boeufs, 10 porcs, 6 brebis.

En somme d'argent, l'apport est de 35 sols; en épautre,
38 corbeilles et 12 muids; en lin, mille fusées. Et 22  moutons. 

ll y a, en outre, au village de Lahouzée, 4 manses dépendant du susdit village 
soumis au même servage que les susdits;
- un moulin payant 15 muids
- une brasserie. 

...et quelques explications

Mansus indominicatus
Centre d'exploitation du domaine, composé de divers bâtiments d'habitation et d'exploitation agricole, de dépendances avec une cour, entouré d'une palissade et souvent un jardin attenant. Par extension, le terme peut désigner la réserve seigneuriale du domaine, composée du centre d'exploitation et de biens fonciers, surtout des champs, du bois, des prés et souvent de la vigne.

En l'occurence, ici, la "Cense del Cour" et ses 152 bonniers de terres réparties en trois campagnes (3 x 40 bonniers), deux face à la ferme (Grande Couture et celle vers
Donstiennes, rive gauche de la Biesmelle, séparées par le vieux "chemin de Lobbes" [quasi intactes], et une 3me entre Thuillies et Ossogne (Entre deux Villes) [lotie, bâtie]

Siège d'une Cour de justice monastique (Lobbes), elle était nommée "Maison du Seigneur" sous l'ancien régime. L'abbé de Lobbes était "seigneur de Thuillies".

Pratum
Pré de fauche, entouré d'une haie ou protégé par des barrières quand les herbes étaient hautes. Par opposition à la pâture (pastura, pascua, pasqualis) - Le pré dit "La Rozière [Rogère], au confluent Biesmelle/Ry des Rys.

Silva
Bois, forêt. Élément important du domaine pour l'élevage des porcs (silva passionali) et les matériaux pour la construction ou le chauffage. Voir Notre "Bois de Reumont" (dont il reste actuellement 32 hectares environ)

Mansus ingenuilis
Tenure supportant originellement les charges incombant à un tenancier de condition libre. Très fréquent. Exploité par n'importe quel dépendant, quel que soit son statut juridique.

On peut raisonnablement y voir les 24 premières maisons érigées en ordre lâche le long des ruisseaux, embryon du village construit à l'arrière de la "Cour", dans le vallon.

Mansus servilis
Tenure supportant originellement les charges incombant à un tenancier de condition servile, dont le caractère était souvent arbitraire. Exploité par n'importe quel dépendant, quel que soit son statut juridique. En général plus petit que le manse ingénuile.

Probablement l'enclave de la "Garenne" à l'angle de la "Grande Couture" et celle dite du "Haut courtil" contigu aux murailles de la Cour

molendinum
un moulin à eau domanial constitue une source de revenu pour le seigneur. Celui de Thuillies [disparu] était au quartier de Battegnée (démoli par un brasseur. Celui de La Houzée subsiste; une tombe mérovingienne (6me siècle vient d'y être découverte, là où les documents signalent une "motte" médiévale.

camba
Une brasserie domaniale, elle peut aussi servir de fourneau pour cuire le pain. C'est une source de revenu pour le Seigneur.

--- --- ---

Référence :

Extrait de HENNUY Claude, "Thuillies, mon village", en préparation (2016).